Août 26

6 problèmes personnels à régler impérativement avant le mariage islamique

Le mariage n’est pas une thérapie !

(mis à jour par Noria Prepamuslim en mai 2023)

Le mariage islamique est une union sacrée qui permet à deux personnes de partager leur vie ensemble en s’apportant mutuellement soutien et réconfort. Cependant, pour garantir une union saine et durable, il est essentiel de prendre en compte les problèmes personnels pouvant affecter la santé de la relation. Parmi ces problèmes, nous pouvons citer les addictions (notamment sexuelles et au cannabis), les maladies psychiatriques non diagnostiquées, l’absence d’assiduité à la pratique religieuse, le manque d’hygiène, un rythme de vie anarchique, les accès de colère non maîtrisés et l’impulsivité.

Dans cet article, nous allons aborder ces six problèmes personnels courants dans la communauté musulmane qui peuvent affecter la santé de l’union conjugale. Nous discuterons également de l’importance de les comprendre et de les résoudre avant de s’engager dans un mariage islamique.

En France, près de la moitié des mariages ne dépassent pas les 9 ans, et les causes de rupture les plus fréquentes incluent l’infidélité (dans laquelle les addictions sexuelles peuvent jouer un rôle), les comportements abusifs (comme les violences verbales, physiques, et l’impulsivité), et l’incompatibilité (basée sur les habitudes et le rythme de vie). Ainsi, il est primordial de prendre en compte ces problèmes personnels avant de s’engager dans un mariage islamique, et de ne pas considérer le mariage comme une thérapie ou une solution à des problèmes personnels. Au contraire, cela pourrait aggraver les problèmes existants et causer de la souffrance pour les deux conjoints.

Si vous souffrez de l’un de ces problèmes, voici une méthodologie en 3 étapes pour vous aider à régler la situation :
1/ Prendre conscience de son problème
La première étape consiste à prendre conscience de son problème et à le reconnaître, sans culpabilité. Il est important de se rendre compte que ces problèmes peuvent affecter la santé de votre union et qu’il est donc nécessaire de les aborder. Prenez le temps de réfléchir sur votre comportement et vos habitudes pour identifier les problèmes.
2/ Comprendre la nature du problème
La deuxième étape consiste à comprendre la nature du problème, son origine, ses mécanismes, ainsi que les éléments déclencheurs ou aggravants. Vous pouvez consulter des professionnels de santé pour vous aider dans cette étape. Il est également important de reconnaître les conséquences de votre comportement sur votre vie de couple.
3/ Mettre en œuvre une stratégie pour régler ou gérer le problème
La troisième étape consiste à mettre en œuvre une stratégie pour régler le problème ou le gérer dans le cas d’une maladie chronique. Vous pouvez consulter des professionnels pour obtenir des conseils et un traitement approprié. Dans le cas de problèmes d’addiction, une thérapie cognitivo-comportementale peut être utile. Dans tous les cas, il est important de faire preuve de patience et de persévérance, car la guérison peut prendre du temps.
En suivant cette méthodologie en 3 étapes, vous pourrez, incha Allah, régler les problèmes personnels qui pourraient affecter votre mariage islamique et garantir une union saine et durable.

Problème n° 1 – Les addictions

Les addictions peuvent être classées en deux catégories : les addictions à des produits (cannabis, cocaïne, héroïne, benzodiazépines, etc.) et les addictions à des comportements (addictions sexuelles, jeux d’argent, jeux vidéos, etc.).

L’addiction se caractérise par « l’impossibilité répétée de contrôler un comportement visant à produire du plaisir ou à écarter une sensation de malaise interne, ainsi que par la poursuite de ce comportement malgré la connaissance de ses conséquences négatives ». Le DSM V (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) propose des critères de diagnostic officiels pour identifier une addiction.

Vous pouvez également utiliser une échelle de gravité de l’addiction pour évaluer le degré de sévérité de votre problème. En général, on peut considérer qu’une personne est en état d’addiction lorsqu’elle a perdu sa liberté par rapport à une substance ou un comportement, qu’elle y consacre tout son temps et qu’elle a perdu le contrôle. Cette addiction peut causer de la souffrance à la personne et à son entourage.

Dans la communauté musulmane, les témoignages anonymes que l’on peut retrouver sur les forums ou réseaux sociaux, montrent que deux addictions courantes posent problème dans les mariages : les addictions sexuelles, en particulier à la pornographie, et l’addiction au cannabis. Ces sujets sont tabous, mais ils doivent être abordés car ils sont une source de souffrance pour de nombreuses personnes et peuvent être à l’origine de divorces.

Il est important de savoir que toutes les addictions ont des mécanismes communs et que les solutions proposées peuvent s’appliquer à toutes les addictions. Si vous avez des difficultés à surmonter votre addiction, il est recommandé de consulter un professionnel de santé spécialisé dans les addictions. Il existe également des consultations gratuites et anonymes pour les addictions aux drogues (dont le cannabis), à travers les CSAPA (Centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie). Plus d’informations ici : https://intervenir-addictions.fr/orienter/vers-qui-orienter/csapa/.

L’addiction à la pornographie

La dépendance aux contenus pornographiques est de plus en plus fréquente. Selon une étude, près de 10% des 14-24 ans regardent du porno chaque jour, et parfois plusieurs fois par jour, avec une prévalence plus élevée chez les hommes que chez les femmes.

En quoi consiste exactement cette addiction ? On peut la définir comme un  « comportement addictif, au sein duquel un individu consomme de façon excessive des images et des vidéos à caractère sexuel, avec généralement une pratique de la masturbation ».

Cette addiction peut causer des problèmes importants à la personne elle-même, ainsi qu’à son futur couple. Comme pour toutes les addictions, l’accoutumance entraîne une escalade dans le visionnage de contenus de plus en plus extrêmes et violents pour obtenir le même effet, ce qui peut avoir des conséquences graves sur la santé mentale et émotionnelle de la personne. En particulier pour une personne de confession musulmane, qui se retrouve à consommer des contenus qui vont à l’encontre de ses valeurs, cela peut entraîner des sentiments de honte, de culpabilité, d’anxiété, d’irritabilité, de repli sur soi, de dépression, de mésestime de soi, voire même d’idées suicidaires.

Beaucoup de gens pensent à tort que se mettre en couple est une solution pour résoudre cette addiction. Cependant, cela ne fonctionne pas ainsi.

« A la différence de certaines formes d’addiction, plus de la moitié des patients vus dans ma consultation sont toujours en couple », note François-Xavier Poudat. Et « il arrive souvent que ce soit le conjoint ou la conjointe qui se rende compte qu’il y a un problème en premier ». Par le biais d’un historique de moteur de recherche, de factures d’escorts ou encore de textos…

Dans ce cas, la réaction est d’abord celle « d’un effondrement ». Après cette première étape, « un état de crise s’installe, associée à de la colère, de l’agressivité ». A ce moment-là, « certains partent », souligne le Dr Poudat. Pour ceux qui restent, « ce qui disparaît en premier dans le couple, c’est la sexualité, et c’est aussi ce qui revient le plus tard », rappelle-t-il. C’est « le manque de confiance en l’autre, la peur de sa rechute qui est avancée par les conjoints lors des consultations ».

Extraite de : interview du Dr François-Xavier Poudat, médecin psychiatre et sexologue à Nantes et auteur de Sexe sans contrôle, Odile Jacob, 2018.

Source : Destination Santé

Il est important de comprendre que la culpabilité n’est pas une solution pour résoudre ce problème. Au contraire, il faut faire preuve de bienveillance envers soi-même et envers les autres, ainsi que de miséricorde, car il n’est pas facile de s’en sortir. Il est crucial de comprendre que dans notre société actuelle, tout le monde peut tomber dans cette addiction, qu’il s’agisse d’hommes, de femmes ou même d’enfants, car nous vivons dans un environnement hypersexualisé où l’accès aux contenus pornographiques est facilité, voire imposé, notamment avec les smartphones que les enfants ont de plus en plus jeunes.

Penser que vous êtes tombé dans cette addiction à cause de votre célibat et que la solution est de se marier est une fausse croyance. Les personnes qui souffrent de cette addiction ne devraient pas envisager le mariage comme une solution rapide pour résoudre ce problème. Au contraire, une telle décision pourrait entraîner une vie maritale et sexuelle médiocre. La consommation régulière de pornographie peut avoir des conséquences sur la capacité de la personne à avoir une sexualité épanouie avec son conjoint, tels que des troubles de la libido, des troubles de la fonction érectile et une angoisse de performance.

« Une étude de 2017 des universités d’Indiana et New York rapporte que l’augmentation de la consommation de films X est corrélée à une augmentation de la préférence pour la pornographie plutôt que pour le sexe réel. Par ailleurs, une étude publiée dans le journal Evolution and Human Behavior montre qu’une simple exposition à plusieurs images de femmes “sexy“ conduit un homme à dévaluer sa conjointe. Pour couronner le tout, en  consommant de la pornographie, une étude de l’université du Kentucky révèle qu’hommes et femmes sont moins satisfaits de leur conjoint et accordent plus d’importance au sexe sans implication émotionnelle ».

Source : L’Incorrect

Dans la communauté musulmane, ce sujet est tabou et lorsque ce problème est une cause de divorce, il ne sera jamais invoqué en tant que tel. On parlera plutôt de mal occulte (mauvais œil, sorcellerie, djinn amoureux, etc.). Si vous êtes concerné par ce problème, sachez que vous pouvez vous en sortir et envisager une vie maritale épanouie avec votre future conjoint. Pour cela, il est important de suivre une méthodologie simple en trois étapes : 1) prendre conscience du problème (reconnaître et évaluer le degré de sévérité), 2) le comprendre (mécanismes et origine), et 3) mettre en place une stratégie pour le résoudre (avant de se marier).

Il existe de nombreuses ressources en ligne gratuites pour mieux comprendre l’addiction à la pornographie, ses mécanismes et les stratégies thérapeutiques qui peuvent aider à y remédier. Les professionnels de santé recommandent souvent une période d’abstinence complète et une thérapie comportementale et cognitive (TCC) pour traiter cette addiction.

Sachez que cette addiction est de plus en plus répandue, et qu’il n’y a pas de honte à en souffrir. En adoptant une approche bienveillante envers vous-même et les autres, vous pourrez surmonter ce problème et envisager une vie épanouissante avec votre futur conjoint, incha Allah.

L’addiction au cannabis

Si vous êtes consommateur de cannabis, vous vous demandez peut-être pourquoi cela pourrait avoir un impact sur votre futur couple. Il faut bien comprendre que le cannabis est une substance qui peut avoir des effets dévastateurs sur la personne et son entourage.

Le cannabis peut causer des difficultés de concentration, des problèmes scolaires, une envie irrépressible de consommer et de s’en procurer (en dilapidant son argent, en fréquentant des milieux douteux et en s’exposant à des condamnations pénales), une baisse de la motivation ainsi qu’un isolement social. Il peut également engendrer des troubles psychiques tels que l’anxiété, l’état de dépression, et chez certaines personnes sensibles, une psychose cannabique qui peut nécessiter une hospitalisation (source: Drogues-dependance.fr).

De plus, la consommation régulière de cannabis chez l’homme comme chez la femme est une cause d’infertilité, car cela peut modifier l’équilibre hormonal masculin et féminin nécessaire à la reproduction (source: Drogues-info-service.fr).

En outre, une étude a montré que la consommation de cannabis peut entraîner dans les couples des conflits et des agressions verbales ou physiques, en particulier chez les jeunes couples (source: Journal of Studies on Alcohol and Drugs).

Il est donc important de prendre en compte les effets du cannabis sur la santé mentale, physique et relationnelle avant de s’engager dans un mariage islamique. Si vous souffrez d’une addiction au cannabis, il est important de demander de l’aide à un professionnel de la santé pour vous en sortir, et de résoudre votre problème d’addiction avant de partager votre vie avec une autre personne.


Problème n° 2 – Une maladie psychiatrique non diagnostiquée

Troubles de l’humeur

La santé mentale est un sujet qui est souvent négligé et stigmatisé dans la société en général, mais également dans la communauté musulmane. Pourtant, les statistiques montrent que les troubles psychiques touchent un grand nombre de personnes, avec des chiffres qui peuvent être effrayants. Les troubles psychiques sont au 3ème rang des maladies les plus fréquentes dans le monde, après le cancer et les maladies cardiovasculaires, et touchent environ 1 personne sur 5 en France chaque année, soit 13 millions de Français. Les troubles anxieux sont également très répandus, touchant 17% des hommes et 25% des femmes.

Il est important de prendre en compte le fait que certaines personnes peuvent avoir une maladie psychiatrique sous-jacente sans le savoir, qui peut se déclencher à l’occasion d’un grand bouleversement de vie, comme le mariage ou le premier voyage en couple.

Le « syndrome du voyageur »

Ce phénomène […] est loin d’être anodin et conduit souvent au rapatriement sanitaire (au total, 10 % de tous les rapatriements sanitaires). Par ailleurs, il peut aussi être le déclencheur d’une maladie psychiatrique sous-jacente jusqu’alors passée inaperçue. « Il est assez fréquent que les malades « décompensent » pour la première fois leur maladie à l’étranger », confirme le professeur Caumes. Schizophrénie, troubles psychotiques ou bipolarité peuvent ainsi être découverts fortuitement à l’occasion d’un voyage où, par définition, on est confronté à une réalité toute différente de celle de notre quotidien ». 

Source : Journal des Femmes

Il est crucial de réaliser que la découverte d’une maladie psychiatrique dès le début du mariage peut avoir des conséquences dévastatrices sur l’union. L’incompréhension, la sidération et la souffrance qui en résultent peuvent entraîner la destruction de la relation, d’où la nécessité de consulter rapidement un spécialiste en cas de besoin. La stigmatisation de la maladie mentale est malheureusement courante, et elle peut entraver la compréhension et le soutien nécessaires. Il est essentiel de comprendre que des solutions existent pour vivre normalement en étant bien suivi et en ayant un traitement adéquat. Beaucoup de maladies mentales sont des maladies chroniques avec lesquelles on peut apprendre à vivre comme on le fait avec le diabète ou toute autre maladie physique chronique.

Cependant, l’absence de diagnostic est un problème majeur pour les maladies mentales. La communauté musulmane a tendance à considérer la maladie mentale comme un tabou et à invoquer un mal occulte, cherchant la solution dans la roqya. Cela peut retarder le diagnostic, le traitement et le suivi, ce qui peut conduire à des conséquences désastreuses pour la personne malade et son entourage. Il est donc essentiel de prendre en compte sa santé mentale avant de se marier et de surveiller attentivement sa propre santé mentale et celle de son conjoint, comme on le ferait pour sa santé physique.

Selon la Haute Autorité de Santé (HAS) : « En pratique médicale, le trouble bipolaire est très certainement sous-diagnostiqué, le taux d’erreur de diagnostic est estimé entre 30 % et 69 % en Europe (70 % en Espagne) et aux États-Unis […] Il peut s’écouler de 8 à 10 ans entre le premier épisode thymique majeur (dépressif, hypomaniaque, maniaque ou mixte) et le diagnostic correct de troubles bipolaires associé à la prescription d’un régulateur de l’humeur […] Une reconnaissance tardive du trouble bipolaire favorise les risques associés à la maladie comme le suicide, les hospitalisations, les conséquences désastreuses sur le plan socio-économique (perte du travail, difficultés financières), ou les comorbidités médicales. Progressivement, le trouble bipolaire amène l’individu à se déconnecter de sa vie sociale, familiale et professionnelle […] L’expression clinique variée du trouble bipolaire et son évolution, marquée par des épisodes aigus et des périodes intercritiques, rendent le diagnostic particulièrement difficile […] »

Source : HAS. Note de cadrage. Troubles bipolaires : repérage et diagnostic en premier recours. Juin 2014

Vivre avec un conjoint qui a une maladie mentale chronique, avec un traitement et un suivi médical, est tout à fait comparable à une maladie physique. Il est important de sortir du déni, de ne pas avoir honte de faire appel à un psychiatre, de se faire reconnaître comme atteint d’une maladie chronique et de prendre un traitement au long cours. Il est possible d’accepter la maladie, d’accompagner son conjoint, de le soutenir et de gérer ensemble la maladie, ce qui peut éviter de nombreux divorces dans la communauté musulmane.

Couple: vivre avec un conjoint bipolaire
La vie de couple avec un bipolaire? François connaît. Malgré les crises, ce commercial installé à Bruxelles a réussi à former avec Hélène un duo solide et amoureux. Témoignage.

« Hélène est entrée dans sa vie comme une tornade, avec son énergie hors du commun, son besoin de se lancer dans mille tâches à la fois, ses nerfs à fleur de peau et… son trouble psychique, diagnostiqué juste avant leur rencontre. Il s’avoue incapable de distinguer, dans la personnalité débordante de sa femme, ce qui relève spécifiquement de la maladie. « Il y a sûrement un côté compulsif dans sa façon de multiplier les activités et d’en laisser bon nombre en plan, analyse-t-il. Mais, après tout, si Hélène a envie de faire du vélo, de la marche nordique et de la musculation dans une même journée, où est le problème? » La maisonnée, qui abrite aussi trois enfants et un chien, vit au rythme des phases caractéristiques de la bipolarité, l’euphorie succédant chez Hélène à l’abattement, et ainsi de suite. Depuis qu’elle prend un « régulateur d’humeur« , la lamotrigine […] les hauts sont toutefois devenus moins hauts et les bas, moins bas. »

Source : L’Express

Problème n° 3 – Le manque d’assiduité à la pratique religieuse

source : Le BDOUIN

La non-assiduité à la pratique religieuse et en particulier aux actes obligatoires est l’une des raisons fréquemment invoquées pour vouloir divorcer.

Lorsque l’on souhaite fonder un foyer musulman, et éduquer ses futurs enfants dans l’Islam, la non pratique des actes obligatoires par l’un des deux conjoints peut être extrêmement problématique.

C’est la raison pour laquelle, le critère de la piété pour choisir son futur conjoint est très important car de cela en découlera des fondations solides pour construire un foyer musulman épanoui.

Abû Hurayrah — qu’Allâh l’agrée — rapporta-t-il que le Prophète — paix et bénédictions sur lui — dit : « On épouse les femmes pour quatre raisons : la fortune, la lignée, la beauté et la religiosité. Remporte donc la femme religieuse, ou puissent tes mains ne recueillir que poussière ! ».Rapporté par Al-Bukhârî, Muslim, Ibn Mâjah, Abû Dâwûd, An-Nasâ’î et Ahmad.

Source : Islamophile.org.

Certaines personnes ont ce fort désir de fonder un foyer musulman harmonieux et désire trouver un conjoint très pratiquant qui va les « élever spirituellement ». Le problème c’est que eux-mêmes n’arrivent pas à être assidus aux actes obligatoires et s’imaginent que la résolution de ce problème viendra d’une autre personne à travers le mariage.

Or, lorsque l’on se marie, on va devoir assumer de nouvelles responsabilités, un nouveau rôle, celui d’époux ou d’épouse, c’est un grand bouleversement de vie, qui ne fera qu’exacerber les problèmes préexistants au mariage.

Pire encore, lorsque la personne se fait passer pour une personne pratiquante et assidue alors qu’elle ne l’est pas, puis que son conjoint le découvre après le mariage. Ce sont malheureusement des choses qui arrivent fréquemment et qui constituent de très mauvaises fondations pour une union saine et durable.

Au contraire, il faut faire preuve de transparence et d’honnêteté, d’abord avec soi-même puis aussi avec l’autre. Si vous avez un problème d’assiduité, reconnaissez-le. Chaque musulman connait des baisses de foi et peut être confronté à cette situation. Il n’y a aucun jugement à porter sur vous.

Toutefois, ne cherchez pas une solution à ce problème à travers le mariage, et encore moins en vous faisant passer pour ce que vous n’êtes pas auprès de votre futur conjoint.

Voici une invocation utile à chaque musulman pour augmenter sa foi avec l’aide d’Allah :

 D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) disait fréquemment: « Ô Toi qui fait tourner les coeurs affermit mon coeur sur Ta religion ».
J’ai dit: Ô Messager d’Allah ! Nous avons cru en toi et en ce avec quoi tu es venu. As-tu peur pour nous ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Oui, certes les coeurs sont entre deux doigts parmi les doigts d’Allah, il les fait tourner comme il le veut ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°2140 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Tirmidhi)
Source : Hadith Du Jour

Ce n’est pas parce que tu as ce problème aujourd’hui que, demain, tu ne feras pas partie des personnes pieuses assidues aux actes obligatoires.

Les personnes qui grâce à Allah sont assidues à leur salât ne doivent pas se sentir meilleures, ou à l’abri d’une baisse de foi et d’une négligence de leur prière, voire pire, l’abandon de la prière (qu’Allah nous guide et nous en préserve. AMINE).


Problème n° 4 – Le manque d’hygiène

L’hygiène est très importante pour la pérennité du couple.

Selon une enquête menée en 2022, le manque d’hygiène est un motif de rupture pour 81% des Français.

Et selon une étude menée par le groupe international des produits d’hygiènes SCA :

« 25 % des Françaises et 22 % des Français ont déjà mis fin à une relation amoureuse à cause des problèmes d’hygiène de leur partenaire.

Ce qui gênait le plus les personnes interrogées étaient les odeurs.

56 % des femmes et 44 % des hommes estiment que l’odeur corporelle est un critère important pour le couple. Il s’agit du premier critère de rupture devant la mauvaise haleine. Le troisième critère qui pourrait pousser à rompre serait une mauvaise hygiène intime. Ce critère est très important pour 67 % des femmes et 60 % des hommes ».

Source : Passeport Santé

Il faut savoir par ailleurs qu’en France, 1 femme sur 4 et 1 homme sur 5 ont déjà rompu leur relation à cause de la mauvaise hygiène de leur partenaire.

Lorsque l’on a pour projet de se marier, il faut bien avoir conscience qu’un problème d’hygiène n’est pas un point à négliger, cela peut avoir un impact significatif sur le couple et conduire à une rupture, d’autant plus qu’il est très difficile d’en parler.

« L’hygiène au sein du couple, un sujet tabou… Même après une décennie de vie commune, on se voit difficilement discuter mauvaise haleine, odeurs de pieds et ongles sales avec notre partenaire… Pourtant, la propreté reste l’une des bases fondamentales d’une vie de couple épanouie [..] « Au début de la relation, le couple est dans une phase amoureuse : les désagréments du corps passent au second plan, éclipsés par la passion et par la nouveauté, explique Antoine Spath, sexologue. Mais avec les années, on constate que ces désagréments (le manque d’hygiène, par exemple) gagnent en importance. » Antoine Spath, sexologue.

Source : Femme Actuelle

Quelles solutions ?

Il est important de comprendre avant de se marier quelles sont les bases d’une hygiène corporelle normale. Cela ne doit pas devenir un effort mais une routine de vie, car s’il s’agit d’un effort, il y aura très vite un relâchement après le mariage.

Cette hygiène corporelle normale doit être adoptée avant tout par respect pour soi-même, par dignité pour sa propre personne.

A noter que le manque d’hygiène peut faire partie d’un symptôme plus important, l’incurie, qui peut être un signe d’une maladie mentale nécessitant une prise en charge thérapeutique.

Qu’est ce que l’incurie ? L’incurie se caractérise par « un abandon total des normes d’hygiène corporelle mais également une négligence dans l’entretien du logement » pouvant aller jusqu’au syndrome de Diogène (accumulation de déchets) ou la syllogomanie (accumulation d’objets) rendant petit à petit son logement insalubre.

Source : https://syllogomanie.fr/lincurie-du-logement-et-ou-de-la-personne/

Il est essentiel que dès leur plus tendre enfance, les parents inculquent à leurs enfants les principes fondamentaux de l’hygiène. Cela leur permet de devenir autonomes dans ce domaine avant même de songer au mariage. Cependant, nombreux sont les jeunes adultes qui, même à ce stade de leur vie, dépendent encore de leurs parents pour maintenir la propreté de leurs vêtements, pour se rappeler de prendre une douche ou de se brosser les dents. Quand ces « adulescents » se marient et deviennent soit un mari, soit une épouse, ils se trouvent brusquement sans supervision pour leur hygiène personnelle.

Il est important de souligner que votre futur partenaire de vie n’est pas censé jouer le rôle de parent en s’occupant de votre hygiène corporelle. Si vous vous engagez dans le mariage avec une personne ayant une hygiène douteuse, aborder le sujet peut s’avérer délicat, et cela peut engendrer des tensions au sein du couple, pouvant même aller jusqu’à provoquer un dégoût irréversible.

Il est donc primordial que chacun acquière les habitudes d’hygiène minimales avant de se marier, pour son propre bien-être et pas seulement pour celui de son conjoint.

De plus, l’hygiène est une valeur très importante dans notre religion.

L’hygiène et la purification font mériter l’amour et l’éloge d’Allah, comme cela arriva aux habitants de Qoubâ’ – où fut bâtie la première mosquée de l’Islâm par le Prophète [ﷺ] lors de sa hijra – lorsque Allah les cita en disant, (S : 9/A : 108) :

(S’y trouvent des hommes qui aiment à se purifier. Or, Allah aime ceux qui se purifient.)

Or, la particularité de ces habitants de Qoubâ’ était qu’ils se lavaient avec l’eau après avoir fait leurs besoins et ne dormaient jamais sans se purifier de la janâbah (état de non-purification après le rapport conjugal ou l’éjaculation)

Source : Ajib

Ne négligez pas cet aspect car il peut nuire irrémédiablement à votre couple.


Problème n° 5 – un rythme de vie anarchique non compatible avec une vie de couple et de famille

L’incompatibilité due à des habitudes et des rythmes de vie trop différents est un motif de séparation fréquent. Lorsque l’on envisage de se marier, le but est de fonder un foyer conjugal et familial équilibré et structuré. Avoir un rythme de vie anarchique, typique de l’adolescence, n’est pas compatible avec le rôle de conjoint et de futur parent. Cependant, nous observons fréquemment de nos jours des adultes immatures qui n’ont jamais vraiment quitté l’adolescence.

Ils ont entre 25 et 45 ans – parfois plus – et se comportent dans la vie de tous les jours comme de grands ados. Les “hommes-enfants” comme on les appelle couramment, refusent de grandir: accros à leurs passions, leurs copains et leurs sorties, ils ont tendance à être extrêmement centrés sur leurs besoins personnels en refusant de prendre en main la plupart des responsabilités inhérentes à l’âge adulte. 

Source : Femmes d’Aujourd’hui

Il est important pour votre futur couple et une vie de famille harmonieuse de mettre en place un équilibre de vie bien structuré.

Dans une vie de couple et de famille musulmane équilibrée et structurée, les bons repères et habitudes de vie mis en place devraient vous permettre :

  • De vous lever pour fajr sans difficultés (donc de vous coucher suffisamment tôt pour avoir 7 à 8h de sommeil – ce qui est considéré comme la quantité de sommeil optimale pour une personne adulte).
  • D’adopter un mode de vie sain pour vous et vos enfants : vos corps sont des amanas, et vous êtes responsables des bonnes habitudes de vie que vous mettrez en place pour prendre soin de vous, et que vous transmettrez à vos enfants et qui auront un impact sur leur santé et leur réussite.
  • Des moments de qualité où l’on se retrouve en famille, et qui sont importants pour la cohésion familiale.
  • L’ordre, la propreté et un cadre de vie digne.
  • Un équilibre entre le travail, les loisirs, la spiritualité…
  • En tant que musulman, le rythme de vie devrait être organisé autour des 5 prières quotidiennes.

Il est essentiel de comprendre que le mode de vie que l’on adopte a un impact sur notre santé, notre bien-être et notre vie de couple et de famille. En tant que futurs conjoints et parents, il est de votre responsabilité de mettre en place des habitudes de vie saines pour garantir une vie de couple et de famille harmonieuse. N’oubliez pas que cela aura aussi un impact sur vos enfants et donc les générations futures.

Ce point devrait vous préoccuper dès le choix de votre futur conjoint. Si vous-même avez un rythme de vie anarchique, vous devez vous remettre en question avant de vous marier, et chercher à adopter un mode de vie plus sain. Commencez déjà à le faire pour vous-même, puis pour votre futur foyer.

Fixez vous des objectifs clairs pour trouver un équilibre entre vos obligations religieuses, votre travail, vos loisirs et votre vie de famille, et être en capacité de vous marier en tant que personne mature responsable.


Problème n° 6 – Colère excessive et impulsivité

Dans certains cas, ce problème de colère excessive et d’impulsivité, peut être relié au problème n° 1 (les addictions) et/ou au problème n° 2 (une maladie mentale).

Mais, il est possible que le trait de caractère de colère excessive soit inné, et il peut également être exacerbé par une éducation défaillante ou un cadre familial ou social dévastateur. Ce comportement peut être un signe d’insécurité de la personne, d’un manque d’estime de soi ou de difficultés à communiquer.

Ces caractéristiques peuvent rendre le mariage particulièrement difficile pour cette personne, car la moindre dispute peut prendre des proportions graves. Une personne en colère peut être incapable de communiquer ou de s’exprimer, et peut franchir la ligne du manque de respect, des insultes et même de la violence physique, ce qui peut avoir des conséquences irréversibles sur le couple musulman. Une fois la colère passée, la personne peut regretter ses actes, mais les mots blessants et les gestes violents peuvent causer des dommages importants à une personne, à un couple ou à une famille.

Si vous avez du mal vous-même à maîtriser votre colère, que vous êtes impulsif, que vous avez déjà dans une précédente union fait preuve de violence verbale et/ou physique, il est très important avant de vous engager dans une nouvelle union de travailler sur ce point.

Il existe des solutions pour apprendre à mieux gérer sa colère et impulsivité. Vous pouvez apprendre des techniques de relaxation, de gestion du stress, adopter des automatismes pour désamorcer un passage à l’acte (comme aller faire vos ablutions, ne pas rester debout mais vous s’asseoir… etc).

Toutefois, si cela n’est pas suffisant, il peut être nécessaire de consulter un médecin, un psychiatre pour identifier des causes médicales et se faire diagnostiquer, ou un addictologue si le problème est relié à une addiction. Il peut être aussi utile de consulter un psychologue pour initier un travail thérapeutique.

Quelques conseils

« Voici quelques conseils à suivre lorsque survient un accès de colère et avant que celui-ci ne bascule dans la phase critique de « rage ».

  • Retirez-vous dans une autre pièce, prenez une douche, allez marcher. Attendez au moins 45 minutes que votre calme soit revenu.
  • Prévenez de votre départ. Ne partez jamais sans prévenir vos proches. Dites-leur que vous reviendrez lorsque vous serez calmé. Prévenez-les lorsque vous êtes de retour.
  • Bougez, sautez, dansez, courez, faites une activité qui vous plaît pour faire sortir le trop-plein et les tensions. Si besoin, sortez à l’extérieur et criez à pleins poumons deux ou trois fois.
  • Déchirez du papier même si cela vous parait complètement inutile.
  • Téléphonez à une personne en qui vous avez confiance, un frère, une sœur, un ami, un père, etc. Défoulez-vous et demandez ou acceptez qu’elle prenne la relève au besoin.
  • Respirez par le nez. Prenez lentement de longues inspirations et expirez lentement.
  • Prenez du recul et réfléchissez aux raisons qui vous poussent à vous mettre en colère. Est-ce dû à un manque de fatigue ? Avez-vous besoin d’aide ?
  • Trouvez des solutions réalistes pour améliorer la situation et réutilisez celles qui ont fonctionné par le passé.
  • Pour finir, présentez vos excuses à la personne que vous avez offensée. Engagez-vous auprès d’elle à exprimer différemment vos insatisfactions la prochaine fois. 
Source : Passeport Santé

Les 6 problèmes personnels présentés dans cet article ne sont pas les seuls qui peuvent causer des difficultés dans un mariage, mais ils sont fréquents chez de nombreuses personnes. Si vous souffrez de l’un de ces problèmes, ne vous culpabilisez pas, mais ne cherchez pas à les résoudre à travers le mariage. Au contraire, il est important de comprendre que régler ces problèmes est une étape indispensable pour réussir votre future union.

Soyez indulgent envers vous-même et traitez-vous avec bienveillance. Prenez conscience de votre problème, essayez d’en comprendre les mécanismes et les origines en profondeur, puis mettez en place des stratégies pour le résoudre en faisant appel à des spécialistes si nécessaire.

En travaillant sur vous-même, en comprenant vos forces et vos faiblesses, et en étant prêt à faire les efforts nécessaires, vous pourrez construire une union solide et épanouissante qui durera toute une vie, incha Allah.

(2) Commentaires

Ajoute ta réponse